serti clos

9 janvier 2016

à mordre l’adieu en bras de chemise

Classé sous Non classé — Lior Guibert @ 20 h 40 min

à mordre l’adieu en bras de chemise nous oublions jusqu’à la calèche qui nous emporte ainsi que le vent désespéré qui nous peuple tous les lundis et fait que l’on se débrouille débraillé avec le peu qui nous incombe ainsi qu’une destiné prude au bas des étalages de celles dont le vendeur ne cri pas le nom et dont le silence même, pourtant fait trembler les vastetés d’idoles qui nous servent de boussoles

a quand les non dupes renversants les étalages, à quand les forages d’artifices et les récoltes de nuances tous les champs d’honneur de paix sans courroux

école du rebond où se déversent ces paroles inusables

 

 

Laisser un commentaire

Lovelybook |
Snake of Sadness |
Badbrain |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Oceiraconte
| L'évasion par les livres
| Booksmadness